On en parle dans la Presse

La Tribune de Lyon» a réalisé un article le 19-08-2015 sur différents hypnothérapeutes lyonnais et dont le titre était  » HYPNOSE : LES LYONNAIS QU’IL FAUT CONSULTER« .

Je leur ai accordé une interview dont voici le résumé :

DIANA YOU 56 ans, hypnothérapeute et sexologue
Longtemps infirmière, Diana You a d’abord suivi une formation en sexologie et en hypnose avant d’exercer au Groupe hospitalier des Portes du Sud à Vénissieux. “J’avais envie de changer, et je ne regrette pas du tout”. Elle s’appuie sur la technique IMO (intégration des mouvements oculaires), qui consiste à rétablir des connexions neuronales grâce à des mouvements oculaires. Hypnose et IMO, deux techniques thérapeutiques qui, à l’écouter, s’al- lient très bien avec la sexologie. “Avec la sexologie, je travaille sur le corps, c’est très concret, alors que l’hypnose est liée au domaine de l’inconscient. C’est vraiment complémentaire.” Selon Diana You, l’IMO serait plus rapide que l’hypnothérapie classique. Et les résultats irréversibles.

“Après, c’est définitif, c’est vraiment incroyable.”

Voir l’article complet Tribune de Lyon _ Hypnose, les lyonnais qu’il faut consulter

 

Caroline a consulté il y a un an pour arrêter le tabac avec l’hypnose

«Aujourd’hui c’est une date d’anniversaire que je voulais partager avec vous, cela fait 1 an que je ne fume plus….
J’ai économisé 1277€ que j’ai mis dans une enveloppe
Je n’ai pas fumé 3650 cigarettes
J’ai pris 4 kg Je suis très contente
Ma peau a retrouvé son éclat Ma voix est plus claire et surtout je n’ai plus à m’exciter pour trouver mon paquet ou mon briquet, que mes vêtements et moi m’aime ne sentons plus mauvais. Et bien sûr ma fierté de ne plus avoir touché de cigarettes depuis 365 jours….c’est ENORME…»

24/02/2018

Elyamine est venue consulter pour vaginisme





« Tout commence dés le 1er rapport avec mon mari, cela s’est mal passé : douleurs virulentes lors de la pénétration avec une sensation de résistance (comme un mur). Plusieurs mois s’écoulent et à chaque rapport ces douleurs persistent. Il m’a fallu 2 ans et 2 gynécologues différents pour qu’un diagnostic soit posé : Le vaginisme.
Quel soulagement! Je souffrais véritablement de quelque chose et ce n’était pas juste dans ma tête. Cela jouait énormément sur mon couple, car je culpabilisais de ne pas pouvoir satisfaire mon mari. J’ai eu pendant longtemps la sensation d’être anormale et incomprise. L’impression d’être différente des autres femmes et d’être la seule à vivre ça.  Malgré tout, j’ai eu la chance d’avoir un conjoint patient et compréhensif qui ne parlais pas beaucoup du sujet mais qui m’a toujours regardé de la même façon. (suite…)